Créé en 1974 par Monsieur Clément Girard.

Il a quitté la présidence du club en 1984

Avec sa femme Françoise ils ont quitté Grues en 1985

Monsieur Girard est décédé en 1989

A sa femme, Madame Françoise Girard, étant encore de ce monde en 2004, nous avons demandé, par l’entremise de Monsieur et Madame Quéchon de nous retracer la création du club.

Lettre reçue le 28 avril 2004

de Madame Françoise Girard alors âgée de 91 ans.

Chers Amis,

 

J’ai été heureuse d’apprendre que vous alliez bien tous les deux et touchée que vous me demandiez les débuts du club.

 

C’était donc il y a 30 ans, nous avions choisi de vivre à Grues.

Un jour je rencontre Germaine Robergeau dans la rue. Elle me dit : " Il faudrait fonder un club du 3ème âge ici ".

L’idée nous plait, nous avons du temps pour nous investir. Mais à un club, il faut une structure. Nous avons entendu parler du secrétaire des Sables d’Olonne, Monsieur Faugère et nous lui demandons de nous initier un peu.

La réunion a lieu dans une moitié de la salle des fêtes de la Mairie. Nous étions neuf. Monsieur Faugère commence par dire qu’il faut un bureau directeur et commencer par un président. Tout naturellement nos regards se tournent vers Félix Robergeau.

 

Félix dit qu’il souhaite être Vice Président, un ou deux autres se sont récusés, alors pour qu’il y ait un élu mon mari a accepté la charge et moi j’ai demandé à être secrétaire. Et puis il a fallu faire les démarches à la préfecture, et puis trouver des membres, chacun s’y employait.

Edouard Chauveau, connu de tous, faisait du porte à porte. A la fin de l’année 1974 nous étions 170 membres.

 

Puis, faire vivre le club, donc réunion tous les jeudis, roulement pour les Dames qui voulaient bien faire le service.

 

Goûter gratuit à Noël, 1 ou 2 excursions et surtout la kermesse de fin d’année : Tombola que nous allions chercher à deux voitures à Partenay, vente de gâteaux faits par les membres, des merveilles que les Dames aux doigts de fées apportaient et puis surtout, le bal gratuit.

Bal avec 17 musiciens.

C’est grâce aux quatre musiciens de Grues qui nous ont amené l’orchestre  de Nalliers  gratuitement, nous ne remboursions que leurs frais de transport.

 

Des anecdotes, il y en a eu.

Les enfants de l’école publique dansant pour nous, Louis Tessier, amuseur né, faisait se tordre de rire le car entier.

L’un de nos membres au cours de la visite d’un château poitevin se trouvant dans la salle d’armes, bloqué à l’intérieur d’une armure rouillée.

Mais aussi des moments d’angoisse lors des excursions de manquer le dernier bac, soit à l’Ile de Ré soit à la pointe de Grave.

 

Mon mari, photographe de métier, avait une grande collection de diapositives. Nous avions donc la grande salle de l’ancienne école, avec un poêle à mazout qui tirait mal les jours de tempête. Un de ces jours mon mari faisait une projection de diapos, le poêle a si bien refoulé que lorsque la lumière est revenue à la fin, nous n’étions plus que 3 dans la salle.

Le Maire de ce moment, Monsieur Petiteau, nous a toujours beaucoup aidés : salle chauffée gratuitement et sa présence fréquente parmi nous.

 

Toutes ces occupations nous ont permises de ne pas voir passer le temps.

 

Merci à tous

 

Françoise Girard